Pexels

4 raisons de ne plus utiliser son téléphone en conduisant

Un mail, un SMS, ou une image… comment résister lorsque vous voyez apparaître une nouvelle notification sur votre smartphone ? En 2017, la Sécurité routière avait lancé une campagne pour prévenir des dangers de l’usage du téléphone au volant. Plusieurs enseignements en résultent.

Durant les cinq secondes passées à regarder votre écran, vous avez parcouru, en ville, près de 70 mètres sans avoir posé le regard sur la route. Et sur les éventuels piétons qui ont traversé la route. Le constat fait par la Sécurité routière à l’époque est simple.

LIRE AUSSI > Smartphone et SMS au volant : des chiffres qui inquiètent

9% des accidents de la route sont dûs à l’usage du téléphone au volant. Soit 1 accident sur 10. Nous vous donnons cinq bonnes raisons de laisser votre téléphone de côté lorsque vous prenez votré véhicule pour vous déplacer.

Le téléphone utilise tous vos sens et détourne votre attention

Votre appareil est le seul à utiliser vos quatre sens et détourne donc votre attention visuelle, auditive, cognitive, physique. Le mieux, comme le conseille la Sécurité routière est donc de l’éteindre, voire de le mettre assez loin de vous pour ne pas être tenté.

135 euros et trois points en moins

Utiliser son téléphone en voiture est autorisé à une seule condition : connecter son appareil au dispositif bluetooth du véhicule. Pour rappel, la loi interdit les oreillettes, avec ou sans fil et prévoit une amende de 135 euros et un retrait de trois points sur votre permis.

Un accident sur dix

En vous obligeant à détourner le regard, le téléphone multiplie par trois le risque d’accident. Et par 23, si vous écrivez un texto. Selon les chiffres fournis par le ministère de l’Intérieur, il est en cause dans près d’un accident corporel sur dix.

L’occasion de faire une pause

Lors des longs trajets, il est recommandé de faire une pause de quinze à vingt minutes toutes les deux heures. Une fois arrêté, il sera temps de répondre vos messages, appels et autres mails.